07 Juil Comment tout ça a commencé

Je n’ai pas attaqué par la pêche à la mouche. Je suis passé, comme beaucoup, par d’autres techniques avant. La pêche aux leurres m’a longtemps occupé. Voilà comment tout a commencé.

 

Mon premier souvenir

Mon premier souvenir en tant que pêcheur remonte à plus d’une quinzaine d’années. Un après-midi avec mon oncle au bord d’un ruisseau à pêcher les vifs pour le brochet à l’insecte. Une longue canne à coup, un hameçon et une sauterelle : le tenkara avant l’heure. C’est véritablement mon premier souvenir. Je me souviens même de m’être fait engueuler pour mon manque de discrétion… Cela d’ailleurs n’a jamais été mon point fort, aujourd’hui encore.

Puis se suivent dans mes souvenirs de nombreuses parties de pêche. Toujours aux leurres. Enfin, à la Mepps Aglia n°4 argentée à points rouges pour le brochet, plus précisément. Les sorties au bord de mon Blavet natal m’ont permis de capturer mes premiers brochets assez rapidement. J’ai nettement vu la différence : des sorties où j’étais sur de capturer un brochet, maillé ou non, je suis passé aux nombreux bredouilles… Avec les années j’ai donc affiné mes techniques, acheté du matériel de plus en plus performant, voué un culte aux compétiteurs japonais…

La pêche façon Japon

J’ai découvert la pêche au leurre « japonaise » il y’a 6 ou 7 ans. Tout a commencé comme beaucoup de pêcheurs français je pense, par le forum Achigan.net. Le nombre d’heures que j’ai passé à lire les différents sujets sur la pêche du bass et des autres carnassiers français doit être énorme. Mais je retiens surtout quatre rencontres de ce forum. Quatre personnes passionnées, dont j’ai ou n’ai plus de contact à ce jour, mais qui m’ont réellement permis d’être le pêcheur que je suis aujourd’hui.

Séquence émotion : Merci Fabrice, Lucas, Benjamin et Lionel. Vous avez entretenu chez moi une passion qui ne s’éteint pas. Aujourd’hui nous ne sommes plus forcément en contact, mais je pense régulièrement à vous au bord de l’eau ! J’espère que vous allez bien. 

Pour en revenir au japon, j’ai un jour trouvé un topic qui s’appelait « les leurres Imakatsu« … Je suis tombé sur un nouveau monde. Un monde ultra-moderne, terriblement travaillé. Des pêcheurs aux styles très rock-n-roll, rapides, efficaces, mais surtout des leurres tous plus incroyables les uns que les autres.

Imakatsu est une marque de leurres créée par le génial Katsutaka Imae. Vous avez surement déjà vu passer un Javallon, ou encore un Husky Hazzuzy sur internet, voir même en magasin, la marque ayant déjà été distribuée en France. Ils sont très travaillés, un peu typés mangas … Et font un malheur au Japon, mais n’ont jamais réellement percé en France. La faute aux tarifs exorbitants je pense. Pour avoir pêché au Javallon la perche et le brochet, je vous assure qu’il marche.

Voilà donc comment le Japon et la pêche aux leurres ont changé ma vision de la pêche en profondeur. J’ai découvert un univers très brandé, très marketé et qui déchaine les passions. J’ai moi même eu longtemps pour idole Yuki Ito et sa marque Megabass.

pêche mouche truite noir et blanc

Enfin, la mouche…

Et puis un jour, j’en ai eu marre. Tout simplement. J’ai voulu changer d’air. J’avais déjà touché au fouet. Une petite saison à traquer la truite sur mes rivières bretonnes. J’ai même poussé jusque dans les Pyrénées. J’ai adoré, mais le leurre l’a emporté.

Un soir, je suis tombé sur le site qui allait tout changer. Le Mouching m’a redonné une nouvelle image de la pêche à la mouche. Jours après jours, j’ai visionné des heures de vidéos tournées aux quatre coins de la planète. Les Bahamas, Cuba, le Canada, l’Argentine … J’ai rêvé. Et je rêve encore chaque jour, à chaque nouvelle vidéo. Merci à Cyril et son équipe pour le travail de veille qu’ils réalisent sur le domaine.

J’ai donc revendu tout mon matériel de pêcheur aux leurres, pour racheter tout ce dont j’avais besoin pour pêcher à la mouche. Une canne truite évidemment, mais aussi une canne de brute pour le brochet. Au final cette dernière ne me sert plus que pour le bar. J’ai aussi acheté un étau et tout l’essentiel pour monter des mouches. Pêcher à la mouche sans monter ses propres mouches ; chose impensable à mes yeux.

boite à mouche vintage noir et blanc

Mes premiers temps en tant que moucheur ont été laborieux. Réapprendre à lancer, poser proprement une mouche, se déplacer discrètement dans l’eau … Toutes ces choses totalement différentes de la pêche aux leurres. Vous avez moins de distance de pêche : fini les longs lancers avec la Deps Boa Constrictor, ou encore le pitching ultra précis avec le combo Megabass Destroyer F0/Shimano Aldebaran MG7 … L’approche se révèle néanmoins très plaisante. Prenons l’exemple du bar à la mouche. Sans l’aide d’Alexandre, jamais je n’aurais pris un de ces poisson si compliqué à appréhender avec les contraintes qu’implique la PALM. J’ai cependant pris un plaisir immense à apprendre, essayer … Pour au final des résultats positifs.

Bref, mon commencement aura duré longtemps. J’appelle un commencement la période où le pêcheur se cherche encore. Quelle technique l’éclate le plus ? Là est pour moi la question. Et personnellement j’ai trouvé !

 

Photographies prises par Hugo Le Beller



  • Pierre

    Très bon article Romaine. C’est amusant, on se rappelle tous de la façon par laquelle on est arrivé à la Mouche. Je serai en Bretagne (Finistère sud) cet été et voudrais m’essayer au bar à la mouche. Mais essayer seul alors que je n’y connais rien à la pêche en mer ne me passionne pas. Aussi aurais-tu l’adresse d’un guide? Ou toi meme si tu es dans le coin? Continue ton blog, mes potes de CatchMyFly et moi, on adore.

    Pierre

    • Le Teuff

      Bonjour Pierre ! Oui j’ai l’impression que c’est un souvenir qui marque les gens ! Ce sera avec plaisirs que de t’accompagner pêcher le bar ! N’hésites pas à me contacter à cette adresse : romainleteuff@gmail.com. Pour ce qui est des guides de pêche, je me renseigne et je te filerai les contacts par mail.
      A très vite ! Et merci !

    • Le Teuff

      Pierre, je reviens vers toi concernant une éventuelle sortie cet été ! N’hésites pas à passer par le formulaire de contact que tu trouveras tout en haut du site, à droite de « blog ». N’hésites surtout pas 😉
      A très vite !

  • Lucas

    Salut Romain, je suis en Bretagne en Août, tu m’apprends la mouche ?

    • Le Teuff

      Salut Lucas ! Ca sera avec plaisir !

  • LK Mouching

    Top. On y entre et ça prend ou pas. Mais quand ça te prend, la mouche… c’est autre chose.

    • Le Teuff

      On est totalement d’accord. Une vraie drogue, avec un manque qui se ressent très rapidement !

  • Alexandre Foulc

    Bel article franchement ! Comme toi j’ai (presque) tout essayé en pêche rivière mais rien n’a résisté à ma rentrée sous les ordres de la mouche. Continue please !!!

    • Le Teuff

      Merci Alexandre !

  • On commence tous par une curiosite et surtout le son des lancers: cette musique aerienne… et voila, derriere nous s’ajoutent les annees de pratique et d’amour en ayant des mooches qui nous revelent des presences tactiles.

  • BELLEC

    Salut Romain,

    Merci Romain pour le clin d’œil passé à ton oncle.

    je suis heureux d’avoir modestement participé à la naissance chez toi de cette belle passion qu’est la PECHE.

    Aujourd’hui l’élève à très largement dépassé le maître et je suis devenu un piètre pêcheur par rapport à toi.

    Mais je suis très fiers, du pêcheur et de l’homme que tu es devenu …

    Parfois je regrette de ne pas avoir pris plus de temps avec toi au bord de l’eau.

    Mais peut importe, nous sommes animés tous les deux par cette irrésistible appel de la rivière.

    Laisses moi te citer ces quelques mots tirés d’un film qui m’a définitivement fait aimer la pêche à la mouche :

    « Lorsque je suis assis seul dans le demi-jour des
    gorges tout se brouille et s’estompe
    Et il ne reste plus que mon âme et mes souvenirs, et les bruits de la
    rivière
    Et les quatre temps du lancer, et l’espoir qu’une truite se lèvera.

    Peu à peu tout se fond en un et au milieu coule une rivière.
    Son lit fût creusé par le déluge, du cœur de la roche venue du fond des
    temps,
    Sur les rochers la pluie a laissé ses gouttes immémoriales,
    Sous la roche il y a la parole, et cette parole parfois lui appartient.

    Je suis hanté par les eaux. »

    Dans les prochains mois, une nouvelle aventure va commencer pour moi.
    Je vais m’éloigner, non sans quelques regrets, des rivières qui ont fait naître en moi les plaisirs simples mais néanmoins inégalables de la pêche.
    Tout comme toi, je repense aussi souvent au jour où j’ai tenu pour la première fois une canne à pêche, non sans une certaine nostalgie …
    Je vais donc me rapprocher un peu plus de la mer et serai donc amener à découvrir de nouvelles techniques de pêche.
    je compte sur toi pour m’initier et partager j’espère de jolies parties de pêche.

    Avec toute mon affection, ton oncle.

  • Fabien

    Bonjour Romain. Un très bel article !

    J’ai découvert Flytailleur il y’a peu via le Mouching justement…
    Je débute également la pêche à la mouche, cette année et même si le temps me sera compté pour aller à la pêche dans les prochains mois, j’espère pouvoir développer mes connaissances et prendre quelques poissons.
    Félicitations pour ton site et les photos (d’ailleurs félicitations également à Hugo, le photographe).
    Ce que j’ai découvert sur le site me parle très sincèrement et d’autant plus que s’installer en Bretagne, fait également partie de mes projets. Je suis donc ravi de voir qu’il y’a largement de quoi pêcher à la mouche là-bas aussi.
    Je continuerai de suivre les actualités ici et peut être aurons nous un jour l’occasion de nous croiser au bord d’une rivière bretonne, que je sois de passage ou (je l’espère) définitivement breton d’adoption!

    @+
    Fabien